Tradition culinaire

Pâques en Afrique: les traditions culinaires

Oubliez les œufs de Pâques ! En Afrique, la fête de Pâques participe à la valorisation de la cuisine traditionnelle. Des célébrations qui revisitent des mets divers dans le seul but de partager avec la communauté. Petit tour d’horizon.

Le Sénégal préfère faire preuve d’originalité.

<

Le « Ngalakh » à base de semoule de mil (appellée Tiakry), de pâte d’arachide, de jus de baobab, peut vous sembler un cocktail explosif. Beh non ! ce repas, est le symbole de Pâques partout au Sénégal. Les chrétiens le préparent et le servent à leurs amis musulmans. Ce repas est ainsi un moyen de raffermir les liens entre les deux communautés.

Cette démarche n’est pas spécifique au Sénégal. Au Burkina-Faso, on partage également la nourriture préparée le jour de Pâques avec les voisins.

Appelé Paquino chez les baoulés (Peuple du grand centre de la Côte d’Ivoire), cette fête est aussi le moyen de réunir les Baoulés, travaillant souvent loin de leur région d’origine, pour qu’ils rentrent au village natal ou familial. Moment de partage autour d’excellents mets comme le gouagouassou : plat à base de viande de brousse fumée et du Akpi.

En Afrique, pendant cette fête pascale la communauté libanaise chrétienne nous a habitué au Maamoul. En plus des œufs peints, les libanais préparent des biscuits de semoule de Maamoul. C’est aussi pour cette communauté une fête familiale, tous les membres de la famille participent à la préparation du plat principal et chacun est responsable de la préparation de son propre ingrédient.

D’Alger au cap, en passant par Dakar, Abidjan ou Freetown, Pâques est un moment de grâce, de partage et la cuisine permet de réunir toutes les communautés.

Nous vous invitons à découvrir nos recettes pour Pâques:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *